Concours Petit Vampire

Michel a l’air un peu stressé

Pour la 2e année, en partenariat avec la librairie BD Fugue Café d’Annecy et les éditions Rue de Sèvres, le festival a proposé aux écoles et centres aérés du département de Haute-Savoie un concours.

La série choisie cette année est Petit Vampire de Joann Sfar avec Brigitte Findakly (invitée au salon) à la couleur.

11 groupes de tout le département sont inscrits et doivent prochainement remettre leurs oeuvres dont le format peut aller jusqu’à 1m de haut. L’an dernier ce sont Les Marmottons de Saint-Jorioz qui ont remporté le concours avec leur génial chat d’Astrid Bromure.

A qui Brigitte Findakly remettra t’elle les cadeaux cette année ?

Brigitte Findakly

Cette année nous avons choisi de mettre toutes les professions à l’honneur. Brigitte Findakly, colorisait déjà des albums dans les années 80 et elle est aux pinceaux des séries parmi les plus célèbres de notre paysage : Lapinot, Petit Vampire, Le Chat du Rabbin pour ne citer que les plus emblématiques. Il est donc quasiment sûre que Brigitte vous en a déjà mis plein les yeux.

Tout comme Zeina Abirached, Brigitte a accepté de participer au projet scolaire « BD et immigration » avec le Collège Jean Monnet de Saint-Jorioz. Car elle raconte son histoire dans Coquelicots d’Irak illustré par Lewis Trondheim et c’est de cette vie dont vont parler les collégiens cette année.

 » Lewis Trondheim et Brigitte Findakly forment en bande dessinée comme à la ville un duo depuis de nombreuses années. Si la bibliographie pléthorique de Lewis Trondheim n’a plus de secret pour personne, celle de Brigitte Findakly, son épouse et coloriste, quoique toute aussi importante, reste moins connue. De Pif Gadget, à ses débuts, au Chat du Rabbin, des Formidables aventures de Lapinot au Retour à la terre, en passant par Ralph Azham, on lui doit la mise en couleurs d’une centaine d’albums dont certains ont été les plus marquants de ces dernières années.

Avec ce livre à quatre mains, Lewis Trondheim délaisse ses animaux anthropomorphisés et dessine de véritables êtres humains pour raconter l’histoire de celle qui partage sa vie. Née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française à l’orée des années 1960, le livre retrace son enfance passée à Mossoul, ville du nord de l’Irak, à une époque où, bien avant l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Déroulant le fil de ses souvenirs, on découvre alors une vie de famille affectée par les aberrations de la dictature et leurs répercussions sur la vie quotidienne, jusqu’à l’inéluctable exil vers la France au début des années 1970. Une arrivée en France elle aussi difficile, une expérience migratoire faite de difficultés administratives, sociales et culturelles.

Dans ce récit qui prend pour toile de fond une triste actualité, Lewis Trondheim et Brigitte Findakly brossent en saynètes percutantes et sans ambages, mais pas moins sensibles, la trajectoire singulière de la coloriste qui, pour la première fois, occupe le premier rôle dans un livre. Ponctué de photos et de parenthèses sur les coutumes, la culture irakienne et les souvenirs de Brigitte Findakly, on partage avec elle, la nostalgie de ceux qui ont laissé derrière eux leur pays d’origine, et les liens fugaces qui subsistent. À l’image des coquelicots qui fanent si vite. »

Source éditeur L’Association

Pour consulter la longue liste des ouvrages auxquelles Brigitte a collaboré.

Dernier livre paru en tant que scénariste :


Zeina Abirached

Zeina Abirached est la reine des arabesques et des motifs envoûtants. Elle conte comme personne ses propres souvenirs du Liban et met aussi son immense talent au service d’autres histoires comme pour son dernier ouvrage Prendre refuge écrit par Mathias Enard et publié chez Casterman.

Zeina nous fait la très grande joie de participer au projet scolaire « Bd et immigrations » avec le collège Jean Monnet.

Née à Beyrouth en 1981, Zeina Abirached a fait des études de graphisme au Liban puis à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs à Paris et depuis, partage son temps entre la bande-dessinée et l’illustration.

Je n’ai jamais vu une photo de Zeina qui n’a pas un immense sourire aux lèvres.

Après [Beyrouth] Catharsis et 38 rue Youssef Semaani, son roman graphique Mourir partir revenir, le jeu des hirondelles connait un large succès public et critique (sélection officielle d’Angoulême 2008, traduit en douze langues) suivi de près par Je me souviens Beyrouth, Mouton, et Agatha de Beyrouth (une collaboration avec le poète OuLiPien Jacque Jouet).

Elle est l’auteure du Piano oriental (Casterman 2015), un récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d’un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 60.
Elle collabore régulièrement avec la presse et différents éditeurs en tant qu’illustratrice.

Source éditeur : Glénat

Pour consulter la biographie de Zeina

Dernier ouvrage paru :

Lewis Trondheim

Le festival SEVRIER BD est heureux de vous annoncer que le second invité d’honneur est Lewis Trondheim, dont les œuvres ont pour la plupart révolutionné le petit monde de la BD par bien des aspects.

Lewis Trondheim sera à Los Angeles à un festival en mai mais chez nous les 27 et 28 avril !!! Ouf. On a failli le rater.

LEWIS TRONDHEIM est né en 1964. Il réside à Montpellier.
Il suit les cours d’une école de publicité de 1986 à 1989. En 1987, il fait la connaissance de Jean-Christophe Menu et découvre la bande dessinée autrement qu’en album 46 pages couleurs. Un an plus tard, Lewis apprend à développer son style graphique en réalisant un fanzine, ACCI H3319. Il rejoint ensuite Menu, Stanislas, Mattt Konture, Killoffer et David B autour de la revue Labo (Futuropolis). Ensemble, ils fondent la structure d’édition de bandes dessinées L’Association en 1990. Un an plus tard, Lewis travaille au sein de l’atelier Nawak et publie en 1992 un étonnant pavé de 500 pages, Lapinot et les carottes de Patagonie (L’Association). Sous l’impulsion de l’éditeur Cornélius, il dessine ses Approximate Continuum Comics, dans lesquels il se raconte sous forme autobiographique. En janvier 1994, Lewis obtient à Angoulême l’Alph-Art Coup de coeur pour son livre Slaloms (L’Association). Durant cette année décisive, il devient papa, signe chez Dargaud la série Lapinot et quitte Paris pour le sud de la France. La période 1997-1999 voit naître de nombreux projets, comme une nouvelle série d’héroic-fantasy à la numérotation titanesque et audacieuse, Donjon, avec Joann Sfar et une pléiade d’auteurs, chez Delcourt. En 2000, il publie un grand nombre de séries jeunesse chez Delcourt : Kaput et Zösky, Allez Raconte avec José Parrondo, Trois chemins avec Sergio Garcia et Le Roi Catastrophe avec Fabrice Parme. Les deux premières sont adaptées en dessin animé, de même que La Mouche. À l’été 2004, il crée chez Delcourt la collection Shampooing, où sont accueillis nombre de talents singuliers, dont lui-même avec Mister I et Les Petits Riens de Lewis Trondheim, Yoann avec Fennec, Cyril Pedrosa avec Trois ombres, Guy Delisle avec Chroniques birmanes et Chroniques de Jérusalem, Boulet avec Notes. Lewis est élevé en 2005 au rang de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et reçoit en 2006 le Grand Prix de la ville d’Angoulême. Il a également imaginé et piloté la série de space opéra-comédie Infinity 8 (Rue de Sèvres). Récemment, il est au scénario de Happy Birds, avec Hugo Piette (Delcourt).

Source éditeur : Delcourt.

Pour consulter la biographie de Lewis

Derniers albums parus :

Lewis au scénario et Alexis Nesme à l’illustration. Et figurez-vous qu’Alexis sera là aussi !

Du Lapinot dénué de texte mais pas de charme !