Fred Duval

Fred Duval est né en janvier 1965 à Rouen. Il y suit des études en histoire. Il décroche sa maîtrise en étudiant les caricatures d’un journal relatant l’affaire Dreyfus. Dans les années 80, il joue beaucoup de guitare et affûte sa plume dans des fanzines et journaux d’étudiants. Il rencontre Olivier Vatine et Thierry Cailleteau, et décide de se lancer dans la bande dessinée…

Première expérience au début 90 : « Fish ‘n’ Ships », 300 strips réalisés en une année, dessiné par Turlan et publiés dans de nombreux quotidiens régionaux de métropole et d’outre mer. Fred exécute différents travaux de communication pour les Éditions Delcourt et dans la région Normande. Son premier album, 500 fusils, écrit avec Cailleteau, est publié en 1995 avec Lamy au dessin et Rabarot aux couleurs. La même année, pour la création du Label Série B, il découpe et dialogue Carmen Mc Callum, une série de science fiction dessinée par Gess. Fred écrit aussi des scénarios pour la télévision (dessins animés Arsène Lupin, Carnaby Street, Nez de Fer).

Sans cesse en activité, il a depuis créé d’autres séries de bande dessinée : Travis, dessiné par Christophe Quet, Hauteville House, dessiné par Thierry Gioux, Code Mc Callum, avec Didier Cassegrain , Lieutenant Mac Fly, mis en scène par Jean Barbaud, Gibier de Potence, coscénarisé avec Capuron et dessiné par Jarzaguet. En 2008, il reprend les aventures de Carmen Mc Callum avec un nouveau collaborateur : Emem (Idoles) et publie Meteors, une nouvelle série de Science Fiction, dessinée par Philippe Ogaki avant de s’attaquer avec le dessinateur Zanzim à un vieux rêve : adapter Tartuffe en bande dessinée.

Source : Delcourt

Pour retrouver toute la bibliographie de Fred Duval, c’est par ici.

Sa dernière publication :

Alexis Nesme

Alexis Nesme a vu le jour dans le Rhône, à Villefranche sur Saône, en 1974. Tout jeune, il ressent un premier engouement pour la BD en réalisant quelques petites histoires mais cela lui passe très vite. Ce n’est que bien plus tard, avec les oeuvres de Loisel et Bourgeon, qu’il découvre les possibilités qu’offre cet art. Il passe un Bac arts appliqués à Lyon puis entre à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg, où il apprend l’illustration pour enfants et l’animation dans l’atelier de Claude Lapointe. Il remporte l’Alph’art Graine de Pro à Angoulême. Il obtient son diplôme en 1997, et depuis lors, travaille dans l’illustration pour la Presse et le livre pour enfants.

Lorsqu’il apporte quelques planches à Guy Delcourt, celui-ci le met en contact avec Éric Omond. Ce dernier lui écrit alors une histoire sur mesure, « loufoque et dynamique », dixit Alexis Nesme, à partir des thèmes et de l’univers graphique de ces quelques planches. La collaboration a tout de suite fonctionné, malgré la distance, lui réagissant sur mes crayonnés, moi sur ses découpages, se rappelle-t-il. Alexis a apporté un soin tout particulier à la mise en couleur, en mélangeant toutes sortes de techniques : huile, encre, craie, gouache, crayon de couleur, en essayant d’alterner des ambiances lumineuses, féériques ou angoissantes. Kent Williams, Dave McKean ou Nicolas De Crécy sont parmi les auteurs qui l’ont beaucoup marqué par leur travail pictural, leur utilisation de la lumière et leur graphisme. Aujourd’hui, il est attiré par l’image de synthèse et l’animation, il s’intéresse beaucoup à l’univers de Tim Burton, et aux travaux de la société Pixar. Ses projets sont bien sûr, la suite des Gamins, un livre pour enfants et une BD jeunesse en 3D pour la Presse. Son rêve serait de réaliser une BD adulte aux traits plus réalistes, dont il réaliserait lui-même le  scénario. 

Source texte et photo : Delcourt

Pour retrouver toute la bibliographie d’Alexis Nesme, c’est par ici.

Sa dernière parution :


Une terrifiante aventure de Mickey Mouse…

Olivier Berlion

Dessinateur fidèle d’Éric Corbeyran, Olivier Berlion mène aussi une carrière d’auteur complet avec sa série Tony Corso après avoir réalisé Histoires d’en ville dont l’intégrale est sortie en petit format chez Glénat.

Originaire de Lyon, Olivier Berlion y suit les cours de l’école Émile Cohl et obtient un DEUG de culture et communication. Après plusieurs années de travaux dans l’illustration et la publicité, il rencontre Éric Corbeyran au Festival international de bande dessinée d’Angoulême en 1992. Commence une collaboration, qui se poursuit toujours, avec la série le Cadet des Soupetard (10 volumes de 1994 à 2004), puis Lie-de-vin (un one-shot dans la collection Long Courrier – 1999) chez Dargaud, Sales mioches (8 tomes de 1997 à 2005) chez Casterman, Rosangella (one-shot en 2007) et Garrigue (diptyque en 2008) à nouveau chez Dargaud.

Il a réalisé un album Cœur tam-tam avec Tonino Benacquista chez Dargaud en 2003. Parallèlement, Olivier Berlion écrit ses propres histoires et déclare en avoir en stock pour les dix prochaines années. De 2000 à 2002, il débute comme auteur complet du scénario aux couleurs avec le triptyque Histoires d’en ville aux éditions Glénat qui viennent de sortir une intégrale dans le cadre de la collection des 40 ans de la maison d’édition. Il termine le prochain épisode de Tony Corso. Le tome 5, Vendetta, de la série sortira en 2009 en même temps qu’une intégrale en petit format et couverture souple des 4 premiers épisodes. Installé près d’Uzès dans le Gard, Olivier Berlion allie un graphisme réaliste très maîtrisé et des intrigues fines et bien construites.

Source texte et photo : le blog BD de Manuel F. Picaud / Auracan.com. Crédit photo : © BD75011

Pour voir toute la bibliographie d’Olivier Berlion, c’est par ici.

Son dernier ouvrage :

Miss Prickly

Isabelle Mandrou, dite « Miss Prickly » est illustratrice. Elle a obtenu son diplôme d’illustratrice en 2003 à l’ENAAI (école supérieure privée d’Enseignement aux Arts Appliqués et à l’Image).

Elle illustre différents magazines, ouvrages à destination de la jeunesse ainsi que différents supports de communication.

Isabelle Mandrou est l’illustratrice de la célèbre bande dessinée Mortelle Adèle aux éditions Tourbillons. Elle enseigne également les arts appliqués. Isabelle Mandrou habite à Chambéry.

Pour voir la bibliographie de Miss Prickly, c’est par ici.

Sa dernière parution (janvier 2019) :