Archives pour la catégorie critiques de livres

Héloïse Chochois

Héloïse Chochois est née en 1991 à Bourg-en-Bresse et réside en région parisienne. Elle est diplômée de l’école Estienne depuis 2014 et obtient avec les félicitations du jury son DSAA en Design d’illustration scientifique.

Les sciences suscitent depuis toujours un grand intérêt chez Héloise. C’est d’ailleurs par cela qu’elle débute en BD, avec son blog Infiltrée chez les physiciens sur lequel elle raconte ses premiers contacts avec la communauté scientifique. Elle a d’ailleurs effectué plusieurs stages auprès de cette communauté afin d’alimenter ses écrits : au Laboratoire de physique des solides de Paris Sud, au CIT Blackrock Castles Observatory d’Irlande, ou encore chez Limbs & Things à Bristol.

Depuis elle met son talent de dessinatrice aux services des sciences et signe ce premier album sur l’histoire de l’amputation, un sujet jamais encore exploité en BD. Héloise travaille également pour le magazine Infirmière Libérale Magazine, en tant qu’illustratrice. 

Source texte : Delcourt

Sa dernière publication :

Nicolas Wild

Né en 1977, Nicolas Wild est un ancien élève du célèbre atelier d’illustration des Arts Décos de Strasbourg.
Ce fils de pasteur, alsacien d’origine, avait été l’initiateur et le co-scénariste du Voeu de Marc, avec Boulet et Lucie Albon (La Boîte à Bulles) : un album tout public tendre et déjanté où se ressentait déjà son humour grinçant mais sans méchanceté. Cet humour avait déjà fait précédemment mouche dans une série de strips publiée aux Oiseaux de passage : Le Bourreau

Avec Kaboul Disco, Nicolas a marqué les esprits de quelques milliers de lecteurs et de la presse. Le tome 3 suivra rapidement après ce superbe intermède iranien. Loin du personnage de naïf de ses ouvrages, Nicolas est devenu un vrai globe-trotter aux multiples relations et points de chute en Asie Centrale. 

Source texte et photo : La Boîte à Bulles

Son dernier ouvrage :

Benjamin Blasco-Martinez

Né en 1990 à Montluçon, Benjamin Blasco-Martinez est originaire de Moulins ( 03) . Bac L en poche, il intègre l’école Émile Cohl à Lyon dont il sort diplomé en juin 2014.

Passionné de western il rencontre la fille d’Albert Bonneau pour adapter la jeunesse de Catamount. C’est cette adaptation qu’il présente au jury de son école… et que repère Olivier Petit, directeur éditorial de Physalis. L’aventure en BD commence.

Pour retrouver toute la bibliographie de Benjamin Blasco-Martinez, c’est par ici.

Sa dernière publication :

Parmi toutes les merveilles de 2016, il y a eu Martha et Alan d’Emmanuel Guibert qui a ainsi poursuivi la retranscription des souvenirs de son ami Alan Cope. La rencontre fortuite de ce soldat américain et d’Emmanuel Guibert a donné lieu à la parution de plusieurs récits : La guerre d’Alan (3 volumes désormais reliés), puis l’enfance d’Alan et enfin Martha et Alan. Ce dernier opus, ne ressemble pas vraiment aux autres, plus qu’une BD c’est plutôt un album illustré. Pas de cases ni bulles cette fois-ci. Des doubles-pages à la beauté stupéfiante sur lesquelles la voix d’Alan résonne doucement.

Martha et Alan a donné lieu a beaucoup de belles discussions à la librairie où je travaille. J’écoutais les clients : « Regarde on dirait un tableau à toutes les pages », a dit une dame un jour. « J’aime pas la BD, mais ça j’aime ! » ai-je entendu quelques fois. Et effectivement, comment résister à une telle alchimie entre texte et image ? C’est une profonde émotion qui se dégage à chaque fois que l’on tourne une page. Emmanuel Guibert nous narre une histoire dont on ne veut plus sortir, dans laquelle on veut s’immiscer dans l’intimité de ces deux enfants ; grandir avec eux.

La fin, bouleversante, donne des frissons et nous offre une dose d’espoir bienvenue sur les relations humaines.

Bonus : Un article coup de coeur à lire à propos d’Emmanuel Guibert et de sa rencontre fortuite avec Alan Cope sur l’Ile de Ré où leur travail commun est mis à l’honneur cette année à partir du 14 septembre.