B-Gnet

B-gnet : [bénié] n.m. inv. du Lyonnais Bovagnet (Florian) qui signifie « bugne ». Auteur d’histoires courtes en bande-dessinées du début du millénaire.

Histoire : On rencontrait jadis le B-gnet à l’école d’illustration / BD / infographie / dessin animé Émile Cohl ; après quoi il parut furtivement dans Fluide Glacial, puis dans Bodoï avec le personnage “Saint Bernard l’ermite”. Géographie : On trouve aujourd’hui le B-gnet dans le magazine Spirou.

On peut également le découvrir régulièrement depuis sept ans dans le Psikopat où il a réalisé une série d’histoires courtes inspirées du Scarface de Brian de Palma (The world is yaourt) et les aventures de Jean-François et Honoré (Rayures). B-gnet est Lyonnais et fait partie de l’ateliers KCS (avec les frères Jouvray et Salsedo, notamment).

Source texte et photo : 6 Pieds sous Terre

Pour retrouver la bibliographie de B-gnet, c’est par ici.

Sa dernière publication :

Nicolas Wild

Né en 1977, Nicolas Wild est un ancien élève du célèbre atelier d’illustration des Arts Décos de Strasbourg.
Ce fils de pasteur, alsacien d’origine, avait été l’initiateur et le co-scénariste du Voeu de Marc, avec Boulet et Lucie Albon (La Boîte à Bulles) : un album tout public tendre et déjanté où se ressentait déjà son humour grinçant mais sans méchanceté. Cet humour avait déjà fait précédemment mouche dans une série de strips publiée aux Oiseaux de passage : Le Bourreau

Avec Kaboul Disco, Nicolas a marqué les esprits de quelques milliers de lecteurs et de la presse. Le tome 3 suivra rapidement après ce superbe intermède iranien. Loin du personnage de naïf de ses ouvrages, Nicolas est devenu un vrai globe-trotter aux multiples relations et points de chute en Asie Centrale. 

Source texte et photo : La Boîte à Bulles

Son dernier ouvrage :

Mademoiselle Caroline

Mademoiselle Caroline a toujours été dessinatrice. Très jeune, elle réinvente la vie de ses voisins avec ses « immeubles animés » qui suivent le quotidien de petits personnages. À 12 ans, elle écrit déjà de véritables scénarios avec héros et aventures sur le modèle du Club des 5.

Sans cesse accompagnée de ses carnets à dessins, elle poursuit des études d’art pendant cinq ans à l’ESAG (École Supérieure d’Arts Graphiques). Grâce à cette formation de graphiste, elle travaille 6 mois dans la publicité mais abandonne rapidement, préférant se consacrer à sa véritable passion : l’illustration. Rapidement repérée, elle commence à travailler pour le magazine Elle. Si sa culture BD est plutôt restreinte, avoue-t-elle, elle est fière du rapprochement souvent fait entre ses dessins et ceux de Claire Bretécher, artiste qu’elle admire.

Voyageuse, elle espère également pouvoir bientôt s’inspirer de Guy Delisle, en exploitant les carnets de voyage qu’elle tient à chacun de ses déplacements. En attendant que ce projet se concrétise, elle adapte Touriste de J. Blanc Gras en bande dessinée. Mais surtout, elle livre ses carnets les plus intimes en publiant notamment Enceinte (2010), Maman (2011), Quitter Paris (2012) et Je commence lundi (2013) aux éditions City. Avec Chute libre, elle poursuit ce périple au cœur de son intimité.

Mademoiselle Caroline vit en Haute-Savoie.

Source texte : Delcourt / Photo : Babelio

Pour retrouver toute la bibliographie de Mademoiselle Caroline, c’est par ici.

Son dernier ouvrage :

Benjamin Blasco-Martinez

Né en 1990 à Montluçon, Benjamin Blasco-Martinez est originaire de Moulins ( 03) . Bac L en poche, il intègre l’école Émile Cohl à Lyon dont il sort diplomé en juin 2014.

Passionné de western il rencontre la fille d’Albert Bonneau pour adapter la jeunesse de Catamount. C’est cette adaptation qu’il présente au jury de son école… et que repère Olivier Petit, directeur éditorial de Physalis. L’aventure en BD commence.

Pour retrouver toute la bibliographie de Benjamin Blasco-Martinez, c’est par ici.

Sa dernière publication :